Allergies : à l’intérieur aussi

Site proposé par l'Association Asthme & Allergies
et soutenu par le laboratoire Stallergenes

Gare aux complications !

Les conséquences de la maladie allergique peuvent être difficiles à supporter au quotidien. En plus des manifestations physiques contraignantes, elles entraînent des problèmes de concentration, d’irritabilité, des troubles du sommeil voire des difficultés scolaires et professionnelles. Il est toutefois possible de traiter ces affections sévères, mais aussi de prévenir les aggravations.

Un handicap au quotidien

Bronches irritées, difficultés à respirer, essoufflements, nez qui coule, nez bouché, éternuements, yeux qui piquent, conjonctivites, œdèmes… les manifestations liées aux allergies ont un impact négatif sur le quotidien de celles et ceux qui en souffrent.

Ces pathologies peuvent avoir d’autres conséquences désagréables, moins connues, comme par exemple des troubles du sommeil, des problèmes de concentration, une irritabilité, qui peuvent fortement dégrader la qualité de vie des patients les plus touchés.

La rhinite allergique sévère, qui concerne aujourd’hui 15% à 20% des rhinites, peut entrainer des troubles du sommeil, de l’humeur et de la concentration. De nombreuses personnes sont ainsi privées de certaines activités physiques et de loisirs, impactant leur vie sociale. Elles peuvent également rencontrer des difficultés dans le cadre de leur vie scolaire et professionnelle.

41% des patients atteints de rhinite allergique renonceraient à certaines activités sociales, sportives, de loisirs mais aussi professionnelles.

1 des principales causes d’absentéisme à l’école : l’asthme.

Des risques d’aggravation

Souvent difficiles à supporter au quotidien, les allergies peuvent par ailleurs empirer. Une rhinite allergique modérée peut évoluer vers une forme sévère, impactant plus fortement le quotidien du patient et devenant par ailleurs souvent plus difficile à prendre en charge. La rhinite allergique présente également des risques d’aggravation en asthme chez 4 personnes sur 10. L’asthme, non traité, peut s’aggraver et évoluer vers une forme sévère.

Un diagnostic précoce, facilitant une prise en charge adaptée, contribue à réduire les risques d’aggravation.