Allergies : à l’intérieur aussi

Site proposé par l'Association Asthme & Allergies
et soutenu par le laboratoire Stallergenes

Questions - Réponses

Éviction et traitements

J’ai un fort terrain allergique depuis l’enfance (oedème, choc anaphylactique, décompensation respiratoire, avec traitement de fond seretide aerius nasonex chaque jour, ventoline et cortisone à la demande). J’ai depuis 7 ans un chien (whippet), qui n’a certes pas améliorer mon état de santé, mais qui ne l’a pas dégradé tant que ça: cela se passe mieux de manière générale depuis mon adolescence, même si je reste sensible. Nous pensons de plus en plus avec mon conjoint à devenir parents, et j’avoue que si l’envie est là, j’ai extrêmement peur d’avoir un enfant « malade », allergique. J’aimerais donc savoir si l’on peut réduire les risques pendant la grossesse que le bébé développe par la suite des allergies, par l’alimentation? ou autre? peut on continuer le traitement de fond ou est ce préjudiciable à la bonne santé de l’enfant? Merci d’avance pour ces réponses qui je l’espère, me permettront de dépasser mes peurs.

— proposée par Bousnifette

Le risque pour vous d’avoir un enfant allergique est d’environ 30 à 40% à chaque grossesse si votre conjoint n’a pas de terrain atopique (soit 60 à 70 % de chances de ne pas hériter du terrain génétique atopique !)
Si votre conjoint a un terrain atopique, le risque est plus élevé de 60 à 80 %.
Pendant la grossesse, aucune précaution à prendre si ce n’est celle de poursuivre très régulièrement votre traitement de fond avec des consultations régulières auprès de votre spécialiste.
L’idéal est ensuite d’allaiter votre enfant pendant 4 à 6 mois et de débuter la diversification alimentaire dès 4 mois comme pour tout enfant sans risque allergique. Si votre enfant présente un eczéma important, il faudra le montrer en consultation d’allergologie.

Dans la même rubrique