Allergies : à l’intérieur aussi

Site proposé par l'Association Asthme & Allergies
et soutenu par le laboratoire Stallergenes

Les plantes d’intérieur

En quelques mots…

Plantes décoratives, fleurs séchées ou coupées et autres arbustes sont autant de végétaux qui agrémentent nos intérieurs… Ils sont porteurs d’allergènes mais peuvent aussi favoriser leur développement. Les allergènes sont présents dans le pollen, mais aussi dans les feuilles, les tiges ou encore la sève. Le pollen, produit par certaines plantes, évolue facilement dans l’air ambiant.

3 Les allergènes peuvent être détectables jusqu’à un diamètre de trois mètres autour de la plante.

6 Les allergènes du ficus benjamina peuvent persister dans la pièce 6 mois après son retrait.

Par ailleurs, les plantes d’intérieur produisent de l’humidité, et par conséquent facilitent l’apparition de moisissures.

Les plantes peuvent entrainer des allergies respiratoires et de contact : rhinite, asthme (ficus benjamina), eczéma de contact (lierre, géranium et pélargonium) et rhino-conjonctivite ou urticaire de contact (fleurs colorées, plantes à bulbes).

Comment s’en prévenir ?

  1. Limiter le nombre de plantes dans l’espace intérieur.
  2. En cas de symptômes allergiques, les exclure de l’espace domestique.
  3. Ne pas utiliser de plantes qu’on appelle « dépolluantes », telles gerbera, kentia, chrysanthème ou encore le lierre. Elles sont efficaces en très grande quantité, et donc souvent incompatibles avec la dimension classique de nos lieux d’habitation.